François Bayrou : "Le temps est venu de tenir compte de toutes les sensibilités du pays"

François Bayrou : "Le temps est venu de tenir compte de toutes les sensibilités du pays"

Share This Content
François Bayrou, président du MoDem, maire de Pau, estime qu'il faut gouverner "avec un esprit nouveau" et tente d'analyser le mauvais score de la majorité présidentielle aux législatives.

"Les Français ont envoyé un message, et c’est un message extrêmement fort et à bien des égards violents" reconnaît François Bayrou, le maire de Pau et président du MoDem, après le second tour des élections législatives de dimanche. "C’est un message qui signifie qu’ils veulent que la manière de gouverner, la méthode de gouvernement, la démarche de gouvernement, changent en France. Les Français veulent et maintenant exigent que toutes les sensibilités politique soient représentées."

Des Français "en sécession"
La majorité présidentielle a perdu du terrain, avec seulement 245 députés élus. François Bayrou critique le temps de présence de la Nupes dans les médias, "on n’a pas vu l’autre côté du prisme". "On ne peut ignorer ce genre de message" envoyé par les électeurs ajoute ce proche du président Emmanuel Macron.

"Cette poussée des extrêmes à une signification précise. Une partie des Français sont en sécession, en rupture avec le pouvoir habituel" précise François Bayrou. "Cette rupture est l’ennemi principal que nous devons combattre. Il faut retrouver le lien que les Français doivent avoir avec ceux qui les représentent."

"Tenir compte de la composition de l'Assemblée nationale"
18% des électeurs d’Emmanuel Macron ont voté pour le RN lors des duels du second tour opposant Ensemble ! et le parti de Marine Le Pen, près 70% se sont abstenus. "Les frontières habituelles ont été effacées". François Bayrou a une hypothèse, "le score final est dû une chose, le report massif des électeurs du RN vers la Nupes, et un rapport symétrique de la Nupes vers le Front national." Une étude menée par l'institut de sondage Harris Interactive et relayé par Le Parisien le contredit.

"Il n’y aura pas d’union nationale" concède François Bayrou. Mais il a l’espoir de gouverner avec de nouvelles règles, "avec un esprit nouveau". "Ce que l’on va vivre est sans précédent" prévient-il. "Il faut tenir compte de la composition de l’Assemblée nationale, essayer de trouver des personnalités qui puissent porter une partie du message de la majorité et des sensibilités que l’on a vue, former un gouvernement et prendre à bras le corps les sujets qui s’imposent."


Le grand entretien de 8h20 par Nicolas Demorand et Léa Salamé (8h20 - 22 Juin 2022 - François Bayrou)
Retrouvez tous les entretiens de 8h20 sur https://www.franceinter.fr/emissions/l-invite